Dialogue global pour le bien vivre (buen vivir)

Les crises globales actuelles naissent et s’accélèrent à cause de la priorité du profit économique, conçu comme un droit international. Les états ainsi que les entreprises multinationales établissent les projets et les stratégies sur un usage non durable de ressources. Le marché global et les investissements, l’économie de la croissance, les crises de l’eau et de biodiversité et le crise climatique tous s’attachent aux déplacements, qui défavorisent surtout les peuples autochtones, les petits agriculteurs et les communautés rurales.

Autour du Sud global les communautés partagent les expériences de luttes contre les déplacements et la surconsommation et de luttes pour le bien vivre et pour les droits de l’homme. Il est important de soutenir ces luttes à un niveau local, national et global et chercher à réglementer les activités des grandes entreprises et à mettre fin aux activités néfastes.

 

Le principe du bien vivre (buen vivir), motivé par le critique au développement et par les modes de vie des peuples autochtones ne se contente pas à l’échafaudage de moyens de subsistance durables. La réalité globale doit être altérée aussi. Un changement global ne s’établit pas sans l’introduction des modes de vie durables à un niveau local. Cela signifie un usage de ressources qui s’est adapté et qui s’adapte à la capacité de renouvellement de l’environnement. Les droits à la terre, à l’eau, aux forêts et à la culture doivent être sauvegardés.

Crises globales, solutions locales

Le programme coopératif de Siemenpuu, Le dialogue global, tâche à faciliter la dialogue sur le bien vivre équitable, sans la surconsommation de ressources naturelles. Les communautés vivant selon une mode de vie durable sont souvent impuissantes face à l’accaparement des terres par l’état ou par une entreprise multinationale et ont besoin du réseautage avec d’autres communautés.

Le programme ouvre à nos partenaires dans le Sud de nouveaux possibilités de coopération pour la défense des droits communautaires. Le programme introduit aussi une programme de coopération régionale en Afrique de l’Est. Le dialogue élabore la compréhension de différents manières de concevoir et de maintenir le cadre de vie et d’en assurer la régénération.

Les mesures contre les crises écologiques, le changement climatique et la mondialisation diffèrent beaucoup selon les milieux et contextes locaux. Nous avons besoin d’un dialogue global de ces contremesures et de différents idées de l’écologie et de durabilité, ainsi que de différents idées de Terre Mère, sa vie et ses droits. Le dialogue global tâche à proposer un lieu égalitaire et ouvert pour la mise en scène des idées sur la gestion durable et équitable de la terre, notre bien commun. La documentation des modes de vie durables permet, au grand public, d’en prendre conscience.

Sorry no projects available.

Sorry no organisations available.